Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 16:54

Moi patiente, je répondrai aux questions sans détour, par des phrases courtes, directes, sans emberlificotage et racontage des histoires de mon arrière grand tante.

 

Moi patiente, je ne répondrai pas à mes propres questions en attendant que tu confirmes mon idée.

 

Moi patiente, je ne chercherai pas un diagnostic sur internet avec mes symptômes. Et je ne te dirai pas non plus quel diagnostic m'inquiète.

 

Moi patiente, je serais claire sur mes symptômes et leur durée.

 

Moi patiente, je me déshabillerai si tu me le demandes.

 

Moi patiente, je ne respirerai fort que si tu me le demandes.

 

Moi patiente, je ne parlerai pas alors que ton stéthoscope est posé sur mon corps.

 

Moi patiente, je ne chercherai jamais à te juger sur la prise en charge que tu choisis d'adopter avec moi, et je dirai OK pour tout analyse proposée et tout traitement envisagé.

 

 

 

 

Mais finalement, voilà, moi, patiente, je n'ai pas su te dire depuis QUAND exactement je me sens si mal, si ça a un lien ou pas avec mon changement de contraception ou avec mon installation. Je t'ai donné en vrac mes symptômes, mes angoisses, les diagnostics que j'avais évoqués avec d'autres consoeurs/copines toute seule.

 

Finalement, moi, patiente, je n'ai pas enlevé mon T-shirt pour que tu m'examines, et j'ai eu du mal à ne pas te donner le symptôme qui me revenait en tête alors que tu m'auscultais.

 

Finalement, moi, patiente, je ne sais pas respirer fort avec la bouche ouverte.

 

Finalement, moi, patiente, je me suis sentie anxieuse et tremblante à l'idée qu'il te vienne à l'esprit un diagnostic plus inquiétant que mon propre diagnostic. Que j'ai fini par lâcher, bien sur, au détour de la conversation.

 

 

 

Cependant, moi, patiente, je me suis sentie en totale confiance, je me suis fiée à ton jugement et à ta prise en charge.

Je me suis sentie entendue et soutenue, même si tu n'étais pas convaincue par mon auto diagnostic.

Et tu as réussi à me faire accepter que c'était peut-être autre chose.

 

 

 

Je tiens donc à dire à tous mes patients chiants, angoissés, que je vous comprends mieux, et que je suis désolée si je vous donne l'impression de prendre vos angoisses par dessus la jambe.

Je ne prends à priori pas grand chose au dessus de la jambe, et certainement pas vos angoisses.

Par contre, je vous laisse peut-être paraître une attitude opposée.

Sachez, Messieurs et Mesdames les Patients, que je vous ai entendus.

 

 

 

 

Et puis aussi, tiens, félicitations à ma magnifique consoeur qui a eu le courage de m'accepter comme une patiente normale.

Partager cet article

Repost 0
Published by bulledeviebulledesurvie - dans Survie
commenter cet article

commentaires

Anerick 03/03/2013 01:19

J'aime bien la fragilité qui ressort de vos écrits.

armance 20/02/2013 12:56

Difficile pour un soignant de s'accepter patient.
Difficile pour un soignant de soignant d'accepter de faire abstraction de la qualité de soignant de son patient.

sophie 18/02/2013 19:17

Oui cela doit être difficile de faire disparaître le soignant et ne laisser apparaître que le côté patient quand on se fait ausculter par un confrère.
Ca me rappelle que je cherche toujours quelqu'un pour me faire un détartrage.

Présentation

  • : Le blog de BulleDeVieBulleDeSurvie
  • Le blog de BulleDeVieBulleDeSurvie
  • : Ma vie et celle de mes patients. Leur survie...et la mienne.
  • Contact

Archives

Catégories