Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 16:55

On va y aller dans le sens croissant de la casse-couillerie, sinon ce serait moins drole hein ;-)

 

Les paramédicaux

 

D'abord, il y a les infirmières

 

Celles qui savent que ça va pas, mais qui font trainer.

« C'est vrai que ça peut évoquer un ulcère, mais bon, je vois pas pourquoi je ferais un ulcère, je suis pas si stressée que ça ». C'est un ulcère.

 

Celles qui savent qu'elles sont dépressives, mais qui refusent les antidépresseurs.

« Oui, c'est vrai je suis un peu triste. Mais je suis contente, parce que j'ai réussi à perdre 5 kg Docteur ! En pas longtemps en plus. C'est vrai que j'ai pas trop faim en ce moment aussi, ça aide. Bon, je pleure pas mal aussi, à la maison surtout. Des antidépresseurs ? Ah non merci hein, je sais ce que j'ai hein, je vais m'en sortir, faut juste que j'arrive à surmonter ». Elle a eu ses antidépresseurs après 6 mois de tragi-comédie.

 

Celles qui savent moyennement lire.

« Allo Docteur, pour être sûre. La Rocéphine°, vous l'avez marquée en IM. C'est bien ce que vous voulez ? ». Je vais réfléchir encore un peu, et pis je vous rappelle.

 

Celles avec qui t'es pote et qui te pose des questions pour un oui ou pour un non.

«  J'ai une toux qui dure là. Mon médecin m'a marqué des IPP. Bon ça marche pas mal. Tu penses que c'était un reflux ? ». Chais pas.

 

Celles avec qui t'es pote et qui te demande jamais rien.

« Nooooon je tousse depuis pas longtemps, genre 1 ou 2 mois. C'est un peu gras ouiiiiii. Mais je me soigne avec du citron et du miel, ça marche bien. ». Elle a eu des antibiotiques.

 

Et celles qui sont contre les vaccins. Ce sont les pires.

Je me tairais à leur sujet, parce que je pourrais m'emporter.

Je leur ferais un post entier. Peut-être. Ou pas.

 

 

Ensuite viennent les pharmaciens.

Sautez pas au plafond, j'en ai dans ma famille proche.

 

Ceux qui sont contre les vaccins. Mêmes explications que les infirmières, mêmes arguments non réalistes. Bref, je passe.

 

Ceux qui t'appellent pour les histoires d'ordonnance, j'en ai déjà parlé pas mal ici.

 

Ceux qui font des boulettes dans leur délivrance, et qui demandent au patient de venir te voir pour faire une ordonnance de régularisation, histoire de pas se faire taper sur les doigts.

Je vais bientôt sortir mon arme redoutable. Le « Non, je ne crois pas non ».

 

Ceux qui viennent te voir en consultation 2 fois par an avec des antécédents longs comme le bras (hypothyroidie, insuffisance surrénalienne chronique. C'est vrai que ça fait beaucoup pour une seule personne).

Et pis qui gèrent tout seul.

 

Et ceux qui veulent des médicaments à tour de bras.

« Ma fille a une infection urinaire il lui faut un ECBU et des antibiotiques ». Nope. Elle a une vulvite. Arrêtons de la laver 10 fois par jour pour voir.

« Mon fils ronfle sans arrêt, il lui faut des antibiotiques, c'est pas NORMAL Docteur ». Si, c'est l'hiver, il a une rhino. Nettoyons lui le nez pour de vrai, pas pour faire semblant, pour voir.

 

Et enfin ceux que quand t'arrives chez eux pour aller chercher tes médicaments à toi, te posent des questions pour les patients qui sont aussi dans la pharmacie.

« Qu'est ce que vous en pensez vous de cette piqûre/plaie/ordonnance ? ». Moi ? Rien.

 

Les profs


Communément appelés dans le jargon médical les « MGEN », du nom de leur caisse de Sécurité Sociale.

 

Tous les professionnels de santé, y compris ceux cités plus haut vous le diront.

 

Les MGEN sont chiants.

Ils veulent toujours tout savoir, tout comprendre.

Ils posent des milliers de questions sur le pourquoi du comment que ton pipi il est jaune et pas vert alors que dans la formule chimique de... (désolée, j'ai décroché).

Ils arrivent avec un diagnostic et un traitement en tête, de préférence une maladie grave et des médicaments chers.

Il utilisent toujours, parfois à tort d'ailleurs, des termes médicaux.

« J'ai un mégadolichocolon », « J'ai une colopathie fonctionnelle ».

Oui, souvent, leurs pathologies sont centrées sur leur bidou ou leur popo. Le centre du monde quoi, comme pour les gnomes qui ont toujours mal au nombril.

Et pis les profs, ils souffrent. Toujours. Et ils supportent aucun médicament. Jamais.

 

Donc en clair, ils savent qu'ils vont mourir d'une maladie grave, parfois même rare. Le tout dans d'atroces souffrances.

Et ils savent qu'ils vont refuser tout ce que tu vas leur proposer. Mais ils viennent quand même.


Et nous on les aime moyennement parce que

  • ils prennent beaucoup de temps et posent des tonnes de questions qui n'avaient même pas effleurées ta conscience (donc tu ne sais pas y répondre, en tous cas pas de manière convaincante)

  • tu sais très bien que tu n'arriveras pas à les soulager

  • tu comprends pas très bien ce qu'ils attendent de toi (eux non plus d'ailleurs).

 

Mais en vrai de vrai, les MGEN ont vraiment de grandes souffrances à trimballer.

J'aimerais vous y voir vous, à supporter 6 heures d'affilée des gnomes/ado tous les jours.

A les supporter ne pas vous écouter, vous insulter, voire être violent avec vous.

Dans tous les cas, supporter le manque de respect quotidien.

Franchement, déjà dans mon métier ça me saoule, et ça dure rarement très longtemps. Mais eux !?

Tous les jours de toute l'année. Ou presque.

 

Heureusement qu'il y a les vacances. Qu'est ce que ce serait sinon.

Et pis faut pas oublier que leurs vacances, à nos chers MGEN, elles sont pas payées. Ils perçoivent leur salaire de 10 mois étalé sur 12.

Ça fait réfléchir quand même. Ils sont pas libéraux, ils sont FONCTIONNAIRES, et ils ne sont pas payés pendant leur congés.

Le tout pour supporter des gamins pas reconnaissants de l'aide proposée.

Moi vivante, jamais je ne ferais ce boulot.

 

Donc, bon, pour ça, je veux bien accepter leur casse-couillerie.

Repost 0
Published by bulledeviebulledesurvie - dans Gourmandises
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de BulleDeVieBulleDeSurvie
  • Le blog de BulleDeVieBulleDeSurvie
  • : Ma vie et celle de mes patients. Leur survie...et la mienne.
  • Contact

Archives

Catégories